Philippe BARANSKI

co-fondateur de mySofie

En offrant la possibilité à ses utilisateurs d’accéder à l’ensemble de ses contrats et données de santé ainsi qu’à ceux de ses proches, l’application servicielle mySofie simplifie la vie de l’assuré. Explication et analyses par Philippe Baranski, cofondateur de cette solution  innovante tournée vers une meilleure compréhension de l’assurance maladie.

 Pourquoi avoir fondé mySofie et quelle est sa raison d’être ?

« Avant de lancer mySofie, nous avons réalisé plusieurs études de marché pour interroger les Français sur ce qu’ils attendaient de leur complémentaire santé, en termes de services. Fort des résultats obtenus, nous avons développé un agrégateur de prestations santé. Une solution totalement « plug-and- play », capable de réunir au sein d’une même application l’ensemble des contrats santé d’une famille, en lien avec la sécurité sociale et les mutuelles. Aujourd’hui, nous sommes en capacité de pouvoir rapatrier toutes les informations et tous les flux financiers de la famille, de manière à ce que la personne qui gère le budget santé du foyer, puisse avoir une vision exhaustive de l’ensemble de ses remboursements, de ses garanties, de ses droits et informations par rapport à sa couverture santé. L’idée est de simplifier la vie de l’assuré quant à son propre accès aux soins ou à celui de ses ayants-droits ou de leurs proches. Nos utilisateurs ont ainsi la possibilité de pouvoir connecter le compte de leurs parents pour lequel il serait aidant familial et de suivre à distance, depuis leur application, l’ensemble de la gestion administrative du contrat de santé de l’aidé. Nos partenaires travaillent en lien avec des médecins et des comités scientifiques afin de mettre à disposition des personnes, des services du quotidien, pour anticiper un certain nombre de besoins. Opérationnelle depuis juin 2018 et commercialisée depuis octobre 2018, mySofie est donc une solution servicielle. Elle est gratuite et téléchargeable sur les stores mais aussi vendue aux assureurs en version premium avec des services supplémentaires. Aujourd’hui, nous comptons plus de 10 000 utilisateurs actifs qui viennent en moyenne tous les trois jours sur l’application, une première vraie réussite en termes de consultations.

Enfin, dernière particularité de notre société basée à Bordeaux et à Marseille, celle de permettre à nos 14 collaborateurs de travailler où ils veulent en France, afin qu’ils puissent organiser au mieux leur vie professionnelle et leur vie privée. »

 Vous avez participé au dernier CES de Las Vegas. Quel bilan en tirez-vous ?

« Nous avons présenté notre solution pendant plus d’une semaine aux acteurs américains et avons reçu des retours extrêmement positifs. La notion d’agrégation a, dans ce pays, encore plus de sens et de profondeur qu’en France, dans la mesure où les assureurs n’interviennent pas sur l’intégralité des soins mais par secteur spécialisé comme l’optique, les soins dentaires, la médecine douce, la chirurgie, etc… Couvrir toute une famille nécessite donc plusieurs contrats différents. D’où l’importance pour l’utilisateur d’être en capacité d’agréger les données issues de multiples interlocuteurs. »

 Avez-vous été confronté à certains freins pour le développement de la solution ?

« Pour l’heure non, au contraire nous avons plutôt bénéficié de la mise en place du RGPD, en mai 2018. Dans la réglementation européenne, il est clairement énoncé que la donnée appartient non pas à l’opérateur mais à l’utilisateur qui peut la confier à un tiers s’il le souhaite. Notre société et les données qui transitent via un hébergeur certifié HDS (Hébergeur de Données de Santé). Notre valeur ajoutée est de récupérer de la donnée brute, parfois incompréhensible pour la personne, de la rendre lisible et ergonomique de manière à pouvoir être exploitée dans un souci de rassurer l’assuré quant à sa santé. Je le répète, mySofie n’a pas vocation à soigner mais à apporter le soin au plus proche de l’utilisateur. C’est pourquoi, nous avons rajouté autour de la solution d’agrégation de compte un magazine d’informations santé, un service de téléconsultation disponible 7j7 et 24h24, tout comme la fonctionnalité visant à pouvoir transférer son ordonnance à la pharmacie et se faire livrer son médicament à domicile. Nous rajouterons de nouveaux outils au fur et à mesure de l’avancé de notre développement. D’ores et déjà nous allons pouvoir référencer les réseaux de soins et géolocaliser tous les professionnels de santé autour de l’utilisateur. »

 Quel est votre point de vue sur la crise sanitaire actuelle ?

« La problématique sera demain plutôt d’ordre économique que sanitaire à proprement parlé. Par rapport à la vitesse à laquelle le virus, ses souches et ses modifications ont été détectés, ainsi que la rapidité à trouver des manières de soigner les personnes touchées, on retiendra demain surtout que cet épisode pandémique a provoqué un vent de panique économique sans commune mesure. Il est choquant de constater qu’actuellement aucun acteur privé ne se mobilise comme ce fut le cas après l’incendie de Notre-Dame*. Au contraire, on assiste à un terrible repli sur soi. Tout le monde prend conscience de l’extrême fragilité de notre modèle économique, très lié à l’émotionnel. C’est terrible car économiquement parlant il n’y a pas de vent de solidarité. Au pire moment de la crise en Chine, l’OMS réclamait de l’argent pour aider ce pays, deuxième puissance mondiale ! Cette conscientisation de la notion de propriété de la richesse conduira peut-être à l’avenir à faire du business autrement. J’ai le sentiment que le monde n’en sortira pas indemne, avec un impact économique beaucoup plus fort que l’impact sanitaire. »

 *le groupe LVMH a depuis annoncé vouloir produire gratuitement du gel hydroalcoolique pour les hôpitaux

 

contact[@]mysofie.fr

https://mysofie.fr/

Bio express

Après avoir travaillé 17 années au sein PRO BTP, Philippe Baranski fonde mySofie, en juin 2017, en s’associant avec Aymeric Méhu, lui aussi issu du même groupe de protection sociale. Leur idée : pouvoir simplifier à la fois le parcours de soins et, avant tout, la compréhension de tout ce qui touche à l’assurance maladie en générale. La start-up a été accompagnée par Unitec, une structure bordelaise parapublique.

Conception : Doshas Consulting
Responsable de la publication : Didier Ambroise
Rédaction : Cécile Jouanel
Création graphique et réalisation : Agence Biskot.Bergamote
Crédit : Anne Loubet et Shutterstock

arrow-up2