Isabelle Hébert

Au sein du groupe VYV et de MGEN, Isabelle Hébert défend une dynamique de services innovants dédiée au mieux vivre. Un mieux vivre décliné sur son lieu de travail, à domicile ou en établissements de soins et s’adressant à toutes les classes d’âges de la population, pour réussir à ‘‘ réinventer la santé ’’.

Avec le #Mieux vivre en 2019, les voeux de la Mutuelle générale de l’Education nationale (MGEN) et des différentes mutuelles du groupe VYV donnaient le ton. Au delà d’une campagne de communication interactive et d’un joli coup marketing, ils reflétaient la volonté de mettre en place ‘‘ un véritable business modèle ’’, comme l’explique Isabelle Hébert, exerçant le double rôle de directrice générale de la MGEN et de directrice des services innovants du groupe VYV. ‘‘ La définition de l’action d’une mutuelle, y compris d’un point de vue statutaire va bien au-delà d’être simple payeur. Si tel était notre unique ambition, notre univers d’actions serait alors bien limité. Dans un contexte assurantiel toujours plus contraint dans la définition de ses garanties et ses évolutions, y compris du 100% santé, on ne peut plus envisager la santé du seul point de vue du financement de l’usage des soins. Pour nous, elle répond de plus en plus à une dynamique d’accompagnement et de services. ’’ Ce positionnement ‘‘ entrepreneur du mieux-vivre ’’ consiste donc à proposer des solutions dynamiques d’assistance et de prévoyance aux actifs et retraités, jeunes et séniors, tout au long de leurs parcours de vie.

 

Quand l’innovation devient ‘‘ baseline ’’

Mettant à profit les acquis professionnels de son parcours anglo-saxon, Isabelle Hébert conçoit l’innovation en trois étapes : une intuition, la validation de cette intuition et une industrialisation. ‘‘ Dans mon esprit, les services innovants doivent être au coeur de notre proposition de valeurs, qu’ils se déclinent en B2C, B2B2C ou B2B. Solutions d’abord émergeantes, parfois déroutantes, elles finissent par devenir ‘‘ mainstream ’’ et des pré-requis pour la plupart des appels d’offres. Cette évolution est notamment marquante dans le secteur de la e-santé, des réseaux de soins et l’accompagnement des pathologies chroniques. ’’ Au sein du groupe VYV, sont déployés, à grande ou très grande échelle, un ensemble de dispositifs tels que l’opérateur Ressources mutuelles assistance (RMA), le programme e-santé Vivoptim accessible aujourd’hui à 4 millions de Français et la fusion de réseaux de soins en Kalixia qui concerne 16 millions d’adhérents. ‘‘ Cette dynamique de service est intéressante quand elle permet de tester et d’identifier des solutions ayant une durée de vie limitée et susceptibles d’évoluer. Notre démarche consiste à identifier ces tendances, qui peuvent paraître parfois à priori complexes à faire accepter, investir en elles et créer des structures en capacité de réinventer la santé. Ainsi, la téléconsultation qui soulevait beaucoup de questions encore récemment n’est pas loin d’apparaître comme une solution naturelle. ’’

 

Mieux vivre au travail, mieux vivre en santé

Réinventer la santé pour faire que les actifs, les salariés, les jeunes et les retraités vivent mieux au quotidien tant sur le lieu de travail qu’à domicile ou en établissements de soins. Leur apporter un soutien et des conseils avisés tout en leur faisant bénéficier d’un partage collaboratif. Les univers de services mutualistes sont de plus en plus connectés aux attentes de la population. ‘‘ Convaincus que la meilleure santé des salariés amène à une meilleure santé des entreprises françaises, grâce à un cercle vertueux de compétitivité et de différenciation, nous avons un dispositif important de prévention appelé ‘‘ la santé gagne l’entreprise ’’ avec une déclinaison RH et salariés. ’’ Mieux vivre au travail tout comme mieux vivre en santé : ‘‘ C’est ce que j’appelle un ‘‘ continuum of care ’’, le maintien en bonne santé. Je fais du sport, je suis conscient de l’importance de mon alimentation et de l’articulation entre ma vie personnelle, professionnelle et sociale pour une meilleure santé. ’’

L’innovation aide aussi à accepter, au jour le jour, une pathologie chronique en apprenant à limiter ses évolutions et ses impacts, notamment par le recours à des dispositifs individualisés de e-santé, encadrés par des professionnels de santé. ‘‘ En cas d’événement grave, lié le plus souvent à une hospitalisation, l’adhérent peut bénéficier d’un accompagnement à la fois logistique d’assistance - pour s’occuper de ses enfants ou de ses beaux-parents pour lesquels il est aidant, de sa maison, de son animal domestique... - et d’une planification financière ou d’une compréhension de la prise en charge médicale, avant et après l’hospitalisation. ’’ Une intervention plurielle pouvant se greffer à la déclinaison du ‘‘ mieux vieillir ’’ du groupe mutualiste.

 

Un accompagnement intergénérationnel...

‘‘ La problématique de la perte d’autonomie et d’un maintien à domicile qualitatif des seniors ou des personnes dépendantes est un phénomène de société qui demande à être étudié au cas par cas, avec si besoin des propositions transitoires avant une éventuelle entrée en EHPAD. ’’

Quant aux étudiants et aux plus jeunes, ont été pensées pour eux des mesures en faveur de la prévention, du pouvoir d’achat et du logement, ‘‘ des constantes concernant d’ailleurs tous les segments d’activité de la population. Nous avons ainsi conçu des plateformes de discount et des plateformes collaboratives d’entraide et d’échanges pour lutter contre l’augmentation du coût de la vie, comme nous avons également lancé une offre énergétique avec la société nantaise EP. ’’ Un modèle novateur reliant santé et logement passant par des mesures en termes de rénovation d’habitat et économies d’énergie ainsi que des conseils avisés. ‘‘ Montrer que si calfeutrer son logement est bon pour sa facture, c’est peut être éventuellement mauvais pour l’asthme de son enfant… ’’

 

...pour une protection solidaire

Selon Isabelle Hébert, à chaque étape de l’existence, il est possible de faire rimer le mieux vivre avec le bien vivre, qu’il s’agisse de la joie d’une naissance ou des atouts d’une mobilité.

‘‘ Les sujets du vieillissement, de la perte d’autonomie, du pouvoir d’achat, de l’éducation, du dialogue social, du niveau sanitaire et de la bonne santé des Français couvrent des actions sur la quasi-totalité des univers de la vie. Un de nos plus gros chantiers stratégiques reste à les articuler afin de permettre à l’adhérent de naviguer sans couture, ‘‘ seamless ’’, entre tous ces dispositifs. ’’ Et de conclure quand au #Mieux vivre en 2019, ‘‘ nous utiliserons les résultats dans notre stratégie pour approfondir la définition de ce concept riche et complexe, pour lequel nous avons des atouts pour toucher à l’ensemble de la population. ’’

Bio express

Diplômée de l’ENSAE, d’un DEA en économie et Normalienne, Isabelle Hébert a débuté sa carrière aux Etats-Unis, puis en Europe et au Moyen-Orient, au sein de deux groupes américains d’assurance santé. Depuis 2017, elle est directrice générale de MGEN (Mutuelle Générale de l’Education Nationale) sur l’activité assurantielle et l’activité sanitaire et sociale. Femme d’actions et de convictions, elle est également directrice des services innovants du groupe VYV.

Repères

VIVOPTIM SOLUTIONS

En février 2017, dans le 3e numéro de ‘‘ Perspectives ’’, Virginie Femery aujourd’hui Directrice Santé et Prévention au sein du groupe VYV, expliquait comment le programme de e-santé Vivoptim, reposant sur une plateforme numérique et l’intervention de professionnels de santé, permettait d’accompagner efficacement les personnes présentant des risques ou pathologies cardiovasculaires. Après deux années d’expérimentation, et la création d’une société, Vivoptim Solutions, le programme Vivoptim Cardio est aujourd’hui déployé nationalement. En 2019, Vivoptim Solutions, développera de nouveaux programmes de prévention (addictions, gestion du stress…) qui intégreront dès janvier 2020, une vaste plateforme e-santé en marque blanche au service des Mutuelles du groupe VYV et aux Clients externes.

Regard Croisé de Eric Blanchard, mandataire d’intermédiaire d’assurance

Que vous inspirent les propos d’Isabelle Hébert en matière de ‘‘ mieux vivre au travail ’’ ?

‘‘ Je suis totalement d’accord avec Isabelle Hébert. Pour mettre en place une prévoyance efficace, il faut avoir une approche globale. En général, quand je rencontre un chef d’entreprise, je vais d’abord m’intéresser à lui en tant que personne afin de connaître son statut marital, la composition de sa famille, ses projets, ses hobbies et ses contraintes. Mon rôle est de l’aider à se prémunir des risques liés à un accident ou une maladie grave. Les résultats financiers et le chiffre d’affaires ne suffisent pas pour analyser une situation. La prévoyance est donc un ensemble de ‘‘ pierres magiques ’’ qui nécessite une étude globale et un travail minutieux en amont, pour proposer des solutions qui protégeront à la fois l’entrepreneur et sa famille, l’avenir de l’entreprise, ses associés, ses salariés. ’’

 

Quelle perception les entrepreneurs ont-ils de la prévoyance ?

‘‘ La problématique n’est pas tant la compréhension de la prévoyance que le temps que le chef d’entreprise va être capable de lui accorder. Il met bien souvent toute son énergie dans sa structure, dort généralement assez peu et doit gérer les obligations de conformité aux normes et réglementations qui sont de surcroît une source de stress et d’anxiété. Aujourd’hui, il existe plus de solutions pour protéger les salariés que pour les entrepreneurs qui souffrent également d’un manque d’informations sur le sujet. ’’

 

Comment mieux les informer ?

‘‘ Au-delà d’articles dans la presse spécialisée, nous devrions être plusieurs acteurs à oeuvrer dans ce sens dont les experts comptables, personnes les mieux placées pour évoquer en outre les avantages fiscaux d’une bonne prévoyance. Mon métier est avant tout une vocation. En tant qu’assureur de personnes, j’ai choisi de me mettre au service de mes clients, et ce n’est pas un vain mot. Je suis très proche des dirigeants de petites et moyennes entreprises et je mesure parfaitement leur besoin d’accompagnement. J’essaie de rester toujours disponible et à leur écoute, tant je suis convaincu que la prévoyance est obligatoirement facultative ! ’’

Bio express

Formé par le réseau d’experts AXA, A2P, Eric Blanchard conseille les chefs d’entreprise et les professions libérales en matière de protection sociale, financière et patrimoniale, en tant que MIA (Mandataire d’Intermédiaire d’Assurance) et MIOBSP (Mandataire d’Intermédiaire en Opération de Banque et Services de Paiement). Spécialiste des sujets de prévoyance, il intervient également sur les questions liées à la dépendance.

Conception : Doshas Consulting
Responsable de la publication : Didier Ambroise
Rédaction : Cécile Jouanel
Création graphique et réalisation : Studio graphique Biskot & Bergamote
Crédit : Shutterstock

arrow-up2