JEAN-CLAUDE JOUANNO

Président du Comité Départemental Olympique et Sportif Rhône-Métropole de Lyon

Modeste quant il s’agit d’évoquer son parcours, Jean-Claude Jouanno résume son engagement par quarante années de bénévolat dans diverses associations dont presque vingt au sein du Comité Départemental Olympique et Sportif Rhône-Métropole de Lyon qu’il préside. Au service de l’intérêt général, il s’investit aujourd’hui dans le lancement d’une plateforme sport santé dont l’objectif est de promouvoir les activités physiques et sportives pour tous, en lien avec les acteurs territoriaux de santé et l’important maillage associatif. Une proximité primordiale pour que chacun puisse espérer gagner, au-delà d’une forme olympique, une meilleure image et estime de soi !

Avec le lancement de la plateforme sport santé, le Comité Départemental Olympique et Sportif Rhône-Métropole de Lyon que vous présidez souhaite rendre accessible les pratiques sportives à toutes les personnes, même celles qui s’en sentent les plus éloignées. Quels sont ses moyens d’action et son lien avec l’URPS des Médecins libéraux ?
‘‘ Dans le cadre des missions confiées par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), nous œuvrons au sein du Comité Départemental Olympique et Sportif Rhône-Métropole de Lyon (CDOS - RML) pour promouvoir une pratique physique et sportive adaptée à tous, en nous appuyant sur un maillage associatif très fort. Plus de 5 000 clubs et 77 comités départe­mentaux sont en effet recensés sur notre territoire, rassemblant plus de 500 000 licenciés. Ils occupent le terrain en permanence et constituent un réseau et un relais exceptionnels pour mettre en relation tous les profils de la population avec des éducateurs et des intervenants capables d’analyser les comportements de chacun et de détecter l’activité la plus appropriée. Le rapprochement avec l’URPS des Médecins libéraux est une suite logique à notre action, tant ces professionnels de santé peuvent jouer un re primordial dans l’orientation de leurs patients vers des structures de proximité, pour ‘‘ bouger leurs corps’’ de manière préventive ou curative. Je crois sincèrement que c’est cette proximité qui fait la réussite de l’individu, dans sa façon de vouloir se construire ou se reconstruire. L’URPS est un partenaire indissociable pour que notre schéma, intitulé ‘‘ Vers une forme olympique pour tous ’’, se mette en place de manière opérationnelle. En reprenant cette expression entrée dans le langage courant, nous souhaitons toucher le plus grand nombre de gens possible et les aider à retrouver un nouveau go pour la vie. ’’

La finalité de ce projet va bien au-delà de la possibilité de pratiquer une activité sportive adaptée. Peut-on parler d’utilité sociale ?
‘‘ A titre personnel, et j’approche des 70 ans,  je me suis toujours placé dans l’intérêt général afin d’essayer de rendre les gens heureux, convaincu qu’il est essentiel de valoriser le travail et l’engagement de chacun. Il faut prendre le problème de la santé à la base et évoquer la nutrition, le savoir être, la façon de se comporter et la nécessité des échanges entre individus. La bonne santé physique passe d’abord par une bonne santé mentale. C’est pour cette raison que, dans un cadre humaniste, nous agis­sons pour que les gens renouent avec des manières d’être qu’ils ont malheureusement oublié. Nous constatons quotidiennement une forte demande de lien social. Il est donc important, à travers les milliers de rendez-vous sportifs organisés tous les week-ends sur le territoire, d’identifier de futurs bénévoles qui retrouveront l’envie d’aller vers les autres. Il suffit d’oser. Comme quand on monte les marches plut que prendre l’ascenseur. C’est un premier pas et peut être le plus dur. L’individu est au centre de notre démarche. Indépendamment de son âge, ses pathologies, ses envies, son statut social, le tissu associatif peut l’aider à valoriser son image et lui redonner confiance en lui. Notre objectif est de contribuer, même modestement, à donner un sens à sa vie en favorisant, sur le terrain, ces belles rencontres intergénérationnelles. Notre force est d’être en lien direct avec notre territoire, qui est petit par la superficie mais grand par la valeur ajoutée humaine. Et de nous donner les moyens de répondre à cette demande pressante. ’’

Constatez-vous une évolution majeure du regard de la société sur le sport ?
‘‘ Il y a vingt ans, le sport était bien souvent jugé dangereux. Aujourd’hui, la société a complètement changé de point de vue, consciente qu’encadré par des professionnels il contribue à répondre à un enjeu économique majeur : plus les gens sont en bonne santé, moins ils sont absents au travail. Toutes les études le prouvent. Le sentiment de bien être et de bonne humeur influe sur la production. Ensuite, on doit distinguer la dizaine de sports majeurs, dont on parle tout le temps, des centaines de pratiques sportives qui ne sont jamais évoquées. La partie émergée de l’iceberg est nécessaire sur le plan économique et financier, mais aussi pour entretenir le rêve auprès de la population. Quand il s’agit de s’occuper de soi-même, c’est plus compliqué, il faut des locomotives. Et c’est là que nous agissons, dans l’opérationnel. Autour d’un bureau, il est facile d’avoir de bonnes idées, les appliquer est une autre histoire… De par notre statut olympique, nous ne faisons pas de politique. Nous nous contentons d’apporter notre savoir faire, notre connaissance des freins et des contraintes, notre observation de l’évolution des mentalités, en nous appuyant sur un maillage territorial complexe et qui donne des résultats excellents. C’est passionnant d’occuper le terrain ! Toutes ces leçons de vie, ces enseignements je les ai toujours eues en moi. S’occuper de soi même, c’est aussi s’occuper de l’autre et avoir un regard différent. Dans une  société en perte de valeurs humaines, les individus ont besoin d’authenticité et de revenir à qui ils sont vraiment et avec qui ils veulent être entourés. Ils ne peuvent pas toujours être dans la compétition. Tout le monde ne peut pas devenir champion du monde et champion olympiques ! Nous les aidons donc à se positionner et à redonner du sens à leurs actions. Et des sens, il y a beaucoup et à chaque période de la vie ! ’’

CDOS Rhône-Métropole de Lyon
28 rue Julien 69003 LYON
Tél. 04 72 00 11 20

https://www.franceolympique.com/

Bio express

Ancien joueur de rugby de haut niveau, Jean-Claude Jouanno est Chevalier de l’Ordre National du Mérite et décoré de la Médaille commémorative de la paix de l’ONU. Un engagement quotidien au service de l’intérêt général qu’il poursuit aujourd’hui comme président du Comité Départemental Olympique et Sportif Rhône-Métropole de Lyon. Installé sur ce territoire depuis une quarantaine d’années, il se considère ‘‘ plus Lyonnais que tous les Lyonnais de Lyon ’’.  Une ville qu’il adore et il a trouvé ‘‘ l’inaccessible rêve ’’ de Jacques Brel.

Conception : Doshas Consulting
Responsable de la publication : Didier Ambroise
Rédaction : Cécile Jouanel
Création graphique et réalisation : Agence Biskot.Bergamote
Crédit : Shutterstock

arrow-up2